2° Rencontre de Christiane BEZOLD et Jean Paul OSTERMANN avec Norbert SCHICKEL, Président de la Communauté des Communes de la Vallée de MUNSTER

 

Mardi soir dernier, 15 septembre, nous avons rencontré Norbert SCHICKEL qui a accepté de nous recevoir une nouvelle fois, pour évoquer, de nouveau la Maison du Fromage et l'avenir du réseau câblé.

 

 

 

LA MAISON DU FROMAGE

 

Un point a été fait longuement lors de la dernière rencontre du 9 juin 2015, relatée sur le blog. Depuis est intervenu le licenciement du directeur, remplacé provisoirement, dans le cadre d'une mission confiée à un cabinet spécialisé, en attendant le recrutement de l'oiseau rare qui devra posséder de réelles compétences et faire preuve d'une farouche volonté et motivation pour redresser la barre !

 

En attendant, nous avons compris que les grandes manœuvres étaient engagées, pour remettre à flot le bateau. Aucune piste n'est écartée, depuis la délégation de la restauration à un exploitant privé jusqu'à la remise en cause même de la structure juridique actuelle qui exploite la maison du Fromage, la Société d'Economie Mixte Locale, dont l'actionnaire principal est la COM COM de la Vallée. Les autres actionnaires sont les autres Communes de la Vallée, mais pas toutes (bizarre ) ! et les actionnaires privés (Caisse des Dépôts et Consignations, Caisse d’Épargne d'Alsace, Les Caves SCHOENHEITZ, Daniel WEHREY, La Cave Coopérative de TURCKHEIM, Michel SCHERTZINGER et l'Association GRECO.)

 

Nous avons également entendu qu'il faudra sans doute remettre de l'argent au pot, pour compenser la faiblesse du chiffre d'affaires qui ne permet pas d'assurer les équilibres financiers ! Ce n'est pas exactement ce que Louis SCHERMESSER, Maire de STOSSWIHR, m'avait répondu lors de la séance du Conseil Municipal de STOSSWIHR (cf : blog 24/10/2014), où je l'avais interpellé sur le sujet.

 

 

 

Il a été question également de la coopérative agricole adossée à la maison du Fromage qui, elle, semble trouver son rythme de croisière et davantage même, puisque les contrats de vente de fromage se multiplient. C'est une très bonne nouvelle pour la Vallée et ses exploitants agricoles et la confirmation du choix judicieux qui a été fait par ses promoteurs. L'enjeu n'étant pas seulement d'assurer des débouchés à nos éleveurs et producteurs laitiers, mais aussi de continuer à assurer l'ouverture des paysages afin de conserver sa beauté et son attractivité à cette vallée, dont la vocation reste malgré tout d'abord touristique !

 

Reste maintenant à trouver les moyens d'ouvrir cette coopérative aux 70% d'exploitants qui n'en sont pas encore membres et qui souhaiteraient le devenir. Peut-être en acceptant, en sus de la collecte du lait, de permettre aux exploitants qui ont investi dans leur propre fromagerie, avant la création de la coopérative laitière, de livrer les « Munster » et autres fromages pour l'affinage !

 

 

 

 

 

LE RESEAU CABLE

 

Il nous tenait à cœur d'aborder ce dossier avec Norbert SCHICKEL compte tenu des enjeux, notamment économiques, qu'il représente pour la Vallée. Il faut dire que la COM COM n'a jamais été très prolixe sur ce sujet, oh combien stratégique et important.

 

 Rappel historique

 

  • C'est l'un des premiers réseaux câblés de France, déployé dans les années 1970 pour résorber la zone d'ombre que constituait alors la Vallée, mal desservie  par les ondes hertziennes.

  • Financé principalement par les usagers à travers le droit de raccordement et les contributions annuelles versées par les Communes de la Vallée au budget de la Régie de l'antenne communautaire (la Régie dépendait alors du SIVOM de MUNSTER)

  • Malgré ce financement par les habitants et les Communes, la propriété du réseau, était attribuée, de par la loi, à TDF (Télédiffusion de France)

  • Quand la société TDF fut privatisée dans les années 1990, TDF garda la propriété du réseau qu'elle n'avait  pourtant pas payé, pour  revendre ensuite le réseau à TELESERVICES ALSACE, qui assura un service de qualité, unanimement reconnu.  A ce moment là, le SIVOM aurait sans doute du engager une action en justice afin de tenter de conserver la propriété de ce réseau que la population avait financée. Tel n'a pas été le cas !

  • Après, le réseau fut repris par NUMERICABLE, opérateur national, qui a très vite laissé dépérir ce réseau, en ne le modernisant pas ==> ce qui a entraîné la fuite des usagers qui se sont équipés de paraboles, ou reçoivent la télé aujourd'hui par la box ADSL.

  • Aujourd'hui ce réseau n'a plus aucune valeur, dépassé technologiquement. Pour le moderniser NUMERICABLE demande une contribution importante à la COM COM , que celle ci a jusqu'à présent refusé de payer. Pour contourner cette difficulté, la COM COM pourrait confier la construction du nouveau réseau à un autre opérateur, par ex VIALIS, la société d'économie mixte de la Ville de Colmar. Mais dans ce cas NUMERICABLE ferait sans doute valoir ses droits à indemnisation ! 

    C'est là où ça bloque. Pas d'entente entre NUMERICABLE et la COM COM . Les positions sont figées et la Vallée est privée depuis trop longtemps d'un équipement qui lui est totalement indispensable, non pas seulement pour le confort de ses habitants, mais essentiellement pour permettre aux entreprises, notamment celles du secteur tertiaire (bureaux d'études, organismes de recherche, assureurs, comptables, juristes, etc. ) de se développer ou s'installer dans cette Vallée qui dispose par ailleurs d'un Collège et d'un Lycée, d'une université à proximité à COLMAR, MULHOUSE ou STRASBOURG, d'équipements culturels, d'associations culturelles et sportives, bref d'un environnement et d'un cadre de vie susceptibles de les attirer. A condition que la Vallée soit irriguée par la fibre optique afin que tout ce beau monde puisse y travailler ! C'est sans doute plus important que la desserte de la Vallée par une quatre voie dont certains rêvent ! 

    Aujourd'hui, la Région ALSACE et le Département du Haut-Rhin, conscients des enjeux économiques, se sont emparés du dossier et travaillent sur un schéma global de desserte des territoires par la fibre optique. C'est une bonne nouvelle, mais ne nous réjouissons pas trop vite, car dans le contexte des finances publiques exsangues, il est déjà prévu de solliciter la COM COM pour le financement de ce nouveau réseau.

    Bref, les habitants de la Vallée, s'ils veulent retrouver leur réseau câblé modernisé, porteur de beaucoup d'espoirs pour le développement économique du territoire, devront remettre la main à la poche, malgré leurs contributions déjà payées pour la construction du réseau et celles  acquittées au DEPARTEMENT à travers les taxes foncières ! Là on reparle du mille feuille territorial, du mélange des genres et du grand gaspillage ! 

    Accessoirement nous avons soulevé :

 

  • le manque d'informations de la COM COM  envers les quelques rescapés (de 4000 abonnés le chiffre serait de 300 aujourd'hui) qui sont encore abonnés au câble, et paient pour un service calamiteux. Et envers tous ces foyers, qui, dépités par la qualité du service, ont choisi de résilier leur contrat avec NUMERICABLE, en renonçant au passage au droit de raccordement qu'ils avaient acquittés, et en s’équipant à leurs frais de paraboles ou de la box. ? Sans parler de ceux, nombreux, qui ont eu à subir les tracasseries financières de NUMERICABLE. En ce qui me concerne, ils m'ont envoyé trois huissiers de justice, sans compter les lettres de menace !

  • La bombe à retardement du démontage de l'ancien réseau. Qui devra le financer, encore la COM COM ou les Communes ?

               

    J.Paul OSTERMANN