Pour une autre voie - Stosswihr 2014

11 février 2019

MA CONTRIBUTION AU GRAND DEBAT

Bonjour Monsieur le Député,
1) Au titre de ma participation au Grand débat, je vous communique en PJ le courrier au Président de la République et son annexe, publiée sur mon blog.
2) J'ai renoncé à participer au Grand Débat, via le questionnaire sur INTERNET qui est à mes yeux une vraie "foutaise", avec des questions orientées et conçues toujours par ces mêmes technocrates qui vivent hors sol. En ce qui me concerne le mal profond du pays réside dans ces armées de technocrates qui se cooptent entre eux  et confortent continuellement leur pouvoir exorbitant, en négligeant, ou bafouant trop souvent leur noble mission au service du pays, avec la complicité de la classe politique, incapable de leur imposer les trajectoires vertueuses pour le pays et sa population. Nos brillants technocrates, certes intelligents, dominent la classe politique censée représenter le peuple et donner les orientations pour le "bien vivre ensemble". Cette situation très regrettable, où le politique subit la loi des technocrates, s'il n'est pas parfois de mèche avec eux, engendre par ailleurs un surcroît de normes de toutes sortes qui paralysent le pays en bridant l'initiative et la prise de risques, pourtant indispensables à la production des richesses dont nous avons besoin.
Là réside la clé du problème, le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple, en écartant tous ceux qui se revendiquent de l’intérêt général pour satisfaire d'abord leur intérêt particulier, ou catégoriel, ou corporatiste. Evidemment l'histoire est là pour nous rappeler que cette vision n'est que pure utopie, et que les quelques individus animés par le strict respect et amour de l'intérêt général et de la démocratie - ça existe heureusement - ne font pas le poids par rapport à l’égoïsme triomphant des autres.
Aucun grand débat ne résoudra cette équation, tant que les hommes ne se mobiliseront pas tous pour le bien vivre ensemble, en remisant leurs ambitions personnelles. L'ambition n'est certes pas une tare, se préoccuper de sa réélection et de sa carrière professionnelle est légitime, à condition de ne pas faire passer ces préoccupations au premier plan, avant l'intérêt général  !
Au delà des grandes phrases et des envolées lyriques  stériles, je voudrais , au tire de ma participation au grand débat, par votre intermédiaire, en sus de ma contribution adressée au Président de la République et publié sur mon blog, lister quelques inepties, parmi beaucoup d'autres.
1) Les finances de l'Etat et l'environnement
Comment nos technocrates et notre classe politique peuvent-ils justifier la dérive de la dette qui s'établit aujourd'hui à 2 300 Milliards d'€ et génère chaque année quelques 41 Milliards de frais financiers ? Comment expliquer que chaque année le déficit budgétaire avoisine les 8O Milliards d'€, en continuant à creuser la dette qui de facto nous enlève toutes marges de manœuvre financières. Songez que la charge de la dette représente environ près de 10 % du budget global de la nation, et que le recours à la dette sert en grande partie à payer des dépenses de fonctionnement ! N'importe quel mère ou père de famille sait qu'on ne peut indéfiniment vivre au dessus de ses moyens sans encourir la faillite. Reconnaissons à François FILLON de l'avoir exprimé clairement. J'ai honte de laisser à mes 5 petites filles cet héritage là.......sans parler de l'héritage dramatique d'un environnement saccagé ! 
Quand Monsieur le Président, Messieurs les Députés, Sénateurs, Monsieur le Premier Ministre et le gouvernement, songerez vous à assainir les finances du pays et lutter enfin sérieusement contre la destruction de notre environnement naturel en mobilisant vos énarques et polytechniciens pour cette juste cause ?
 
2) La paralysie des normes 
Pourquoi multipliez vous les normes de toutes sortes qui asphyxient le pays et brident l'initiative des acteurs économiques, éducatifs et sociaux ? Par exemple, de mon temps, nous profitions du ski scolaire avec des moniteurs qui nous enseignaient le ski et nous apprenaient à vivre en société. Aujourd'hui, si ce type d'activité n'a pas entièrement disparu, il est en forte régression parce que les instituteurs et les encadrants ont la légitime "frousse" de se retrouver au tribunal en cas d'accident ? Ancien secrétaire d'un Syndicat Intercommunal des Affaires Scolaires et Culturelles , j'ai pu observer cette frilosité et crainte auprès des professeurs . Il nous faut retrouver le goût du risque, l’esprit d'entreprendre, l'esprit d'initiative et libérer les énergies de tous les acteurs.
 
Idem pour les commissions de sécurité d'arrondissement. Je suis trésorier d'une association qui gère un Centre de Vacances. Le représentant du Préfet, qui au lieu d'assister et d'encourager les bénévoles dans leurs missions difficiles au service de la jeunesse, les toise , les traite sans aucun égard, et les menace de fermeture de l'établissement.  240 000 € d'€ de mises aux normes nous sont imposés pour une capacité d'investissement annuelle de 12 000 €, générés uniquement à travers le bénévolat de quelques "résistants". Mais ce fonctionnaire zélé risque d'avoir leur peau sous peu, et sans bénévoles, plus de Centre de Vacances et plus de colonies de Vacances dans ce lieux idyllique, pour nos enfants ! Voilà un pur produit de notre technocratie,coupé des réalités du monde, installé confortablement dans son bureau à produire des rapports qui le dédouaneront en cas d’incident ou d'accident ! Je peux aussi évoquer le refus des officiers du SDIS, censés connaître la législation et la réglementation en matière de protection incendie des établissements recevant du public, de produire des avis écrits, en se retranchant derrière les contrôleurs techniques qui facturent des sommes astronomiques à chaque intervention. La prévention oui, pas la frilosité, la gabegie et le parasol !
Evidemment, je pourrais multiplier les exemples de cette inflation de normes et de cette dérive de l'administration.
Quand Monsieur le Président, Messieurs les Députés, Sénateurs, Monsieur le Premier Ministre et le gouvernement, songerez vous à revenir à une vie normale, au bon sens élémentaire, à des relations normales et apaisées entre autorités et citoyens, dirigées vers le développement du pays et le "bien vivre ensemble".
 
3) La retraite
Le Président nous répète régulièrement lors de ses interventions à la télévision que les actifs, à travers leurs cotisations paient la pension des retraités parce que notre système, que nous voulons conserver, est basé sur la solidarité entre les générations. C'est le système de la répartition, par opposition à la capitalisation. Bien, cela est fort juste, mais je crains que les Français n'en n'ont rien à faire de cette explication. Les Français aujourd'hui retraités, dont je fais partie, ont pour la plupart travaillé et cotisé pendant 40 à 45 ans, souvent pour des retraites très peu confortables, pour certains même insuffisantes pour subvenir aux besoins élémentaires de l'existence. Croyez vous  que ce discours sur la technique financière  les intéresse. C'est encore une fois un discours de "technocrates", que la plupart ne comprennent pas, même si l'explication, est juste. Elle est un affront au bon sens élémentaire. Les français ont cotisés toute leur vie, et aspirent légitimement, au moment de leur retraite, à bénéficier d'un juste retour de leurs efforts et de leurs cotisations. C'est aussi simple que cela, et là le discours du Président, n'est pas audible. Il est stérile et alimente l'incompréhension générale.  Pour ma part j''ai été fonctionnaire territorial , en charge au gré de ma carrière, de la gestion du personnel et des finances. Je dis cela pour dénoncer, là aussi la vision technocratique de la gestion des systèmes de retraite. Que croyez vous que faisaient nos élites, toujours sous la responsabilité ou l'approbation de nos élus, pour équilibrer les différents régimes de retraite, notamment celui déficitaire de la SNCF. Tout simplement ils ont fait voter une loi qui imposait à la CNRACL (Caisse de retraite des agents des collectivités locales), et à d'autres caisses,  de reverser une partie des réserves constituées pour garantir les retraites futures, à la SNCF et autres régimes déficitaires. Par conséquent la mairie de STOSSWIHR, la mairie d'INGERSHEIM, la mairie de COLMAR, mes employeurs successifs, ont contribué à payer les retraites des cheminots ! Quelle ineptie, quelle injustice quant on connaît par ailleurs le niveau des retraites servies par ces régimes spéciaux, et quelle vision à court terme déclinée par nos experts et élites !
Evidemment en puisant allègrement dans ces réserves, avec l'approbation du législateur, la CNRACL a été obligée régulièrement d'augmenter les cotisations salariales et patronales pour maintenir l'équilibre du régime. Et aujourd'hui on augmente la durée de cotisations, sous prétexte que l'équilibre du régime est menacée. Qui peut comprendre cela ?
Cela fait partie de toutes ces inepties et incompréhensions, elles sont très nombreuses, répétées  depuis 30, 40 ans que ne comprennent pas les Français et qui alimentent aussi la crise des gilets jaunes !
Quand Monsieur le Président, Messieurs les Députés, Sénateurs, Monsieur le Premier Ministre et le gouvernement, songerez vous à interdire à vos énarques et polytechniciens ces tours de passe passe monstrueux, ces inepties, qui nous ont conduits dans l'impasse ?
4) Les régimes spéciaux et avantages exorbitants  de la SNCF, RATP, EDF, Banque de France, etc......
Le Président a conduit courageusement la réforme de la SNCF. A quand plus de justice entre salariés en "réduisant" une fois pour toutes les avantages exorbitants de certains salariés. Quand est ce que nos énarques et polytechniciens et notre classe politique oseront t-ils s’attaquer à ces privilèges qui ne sont plus de mise à une époque où les Français souffrent ! Evidemment, mission très difficile qui  risque d’entraîner de graves conflits sociaux et pour laquelle il faudra davantage de courage à notre classe politique qui depuis 30, 40 ans, laisse perdurer ces situations indéfendables et détestables, qui minent le pays. Idem, pour le calcul des retraites des salariés du privé et du public qu'il faut absolument harmoniser, afin de lever toute ambiguïté et de créer de la justice et de l'égalité. Cela ne veut pas dire tout niveler et tout uniformiser. Le seul critère à prendre en compte me semble t-il est le % de retraite par rapport au dernier revenu d'activité, obtenu par les uns et les autres. Tout le reste, le débat sur les derniers 6 mois ou les 25 ans, l'absence des primes dans le calcul de la retraite des fonctionnaires n'est que littérature !
Quand Monsieur le Président, Messieurs les Députés, Sénateurs, Monsieur le Premier Ministre et le gouvernement, songerez vous à mettre de l'ordre, en  mobilisant vos énarques et polytechniciens pour cette juste cause ?
 
5) L'abêtissement général
Au delà des problèmes de pouvoir d'achat, le travailleur et le retraité, l'ensemble de la population aspirent à un peu de quiétude lors de ses moments de détente chez lui. Quand ferez vous cesser ces appels téléphoniques de démarchage commercial toute la journée, souvent au moment des repas, ces jeux idiots à la télévision, avec des question idiotes dont le seul but est d'augmenter le chiffre d'affaires des opérateurs téléphoniques. Je peux également citer la confiscation des retransmissions télé de foot ou autres sport, par les opérateurs animés uniquement par le gain. Maintenant il faut s'abonner pour voir un match de foot, sinon rien ! Sans parler des fans de foot qui paient des prix de billet extravagants au stade afin de nourrir leurs idoles payées des centaines de milliers d'€ mensuels. Sans oublier sur certaines chaînes de télé l'inflation de publicité et la coupure d'un film à 3 ou 4 reprises par des écrans publicitaires ! Tour cela participe aussi au mal être général de cette société où les pouvoirs publics, les institutions restent très passives, si parfois elles ne sont pas de complices !
Quand Monsieur le Président, Messieurs les Députés, Sénateurs, Monsieur le Premier Ministre et le gouvernement, songerez vous à mettre de l'ordre, en  mobilisant vos énarques et polytechniciens pour cette juste cause ?
 
6) L'agriculture
Elle participe très fortement à nourrir le peuple et à façonner nos beaux paysages. En retour, la grande distribution, les pouvoirs publics, ne lui laissent que des miettes avec des revenus et une retraite de misère, qui récompensent mal leur dur labeur. C'est pourtant une activité plus qu'indispensable à notre société !
Quand Monsieur le Président, Messieurs les Députés, Sénateurs, Monsieur le Premier Ministre et le gouvernement, songerez vous à mettre éradiquer cette injustice une fois pour toutes ?
7) L'EUROPE
 Pour essayer d'être complet, même si le sujet de cette crise suppose encore de nombreux autres développements, que dire de cette Europe édifiée aux forceps par Charles DE GAULLE et Konrad ADENAUER, au lendemain de la 2° guerre mondiale. Depuis plus de 70 ans, elle a été le garant de la paix pour nos générations, alors que celles de nos parents et grands parents ont connu le désastre et des millions de morts ! Qu'en ont fait les successeurs de Charles DE GAULLE et Konrad ADENAUER, avec leurs hordes de députés, de commissaires et aussi de technocrates, cette fois ci européens, censés représentés le peuple. Dites le moi, à veille des élections européennes où le populisme et l'extrême droite risquent de menacer fortement nos démocraties !
 
Monsieur le Député, vous le savez bien, vous pouvez investir dans votre maison votre fortune afin de la rendre fonctionnelle, confortable, belle, agréable, conforme à vos aspirations légitimes. Si au départ, vous avez négligé les fondations, votre maison s'écroulera et  tout votre investissement s’envolera rapidement en fumée. N'en déplaise à nos institutions et pouvoirs publics, depuis le Général DE GAULLE et Georges POMPIDOU, depuis 30, 40 ans  nos élus et technocrates ont négligé l'édification des bases solides à cette société, n'ont pas réalisés les réformes sociétales, économiques, sociales indispensables pour coller à l'évolution du monde, qui auraient permis d’assurer un emploi à chacun, de présenter une dette raisonnable, de préférence consacrée à l'investissement, et de venir en aide aux plus démunis. Faute d'avoir fait cela et de penser surtout pour les uns à leur réélection, pour les autres à leur carrière, au détriment de l'intérêt général, nous en sommes arrivés à cette crise des gilets jaunes. Peut être est-ce exagéré, je sais qu'il y a des élus et des fonctionnaires entièrement dévoués à la cause publique et à l'intérêt général, mais malheureusement je n'ai pas l’impression qu'ils  sont  majoritaires !
 
Voilà Monsieur le Député, avec la précédente contribution que j'ai transmise au Président de la République les éléments que je voulais porter à votre connaissance dans le cadre de grand débat national. J'espère que cela pourra être utile et me tient à votre disposition, si besoin était.
 
Merci pour votre attention.
 
Cordialement
Annexes : Cliquez sur la première lettre soulignée pour ouvrir l'annexe.
Lettre Président République
Annexe lettre Président
Réponse Président
 
Jean Paul OSTERMANN
20, chemin du Rebberg
68140 STOSSWIHR
 
tél : 03 89 77 56 88
       06 02 59 87 02

Posté par autrevoie 2014 à 10:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 décembre 2018

Joyeux Noël

 

 

 

nIYjGDSPqbTjpZaKzlmLxQA-xNRH_tgAOng8Bc7KbRAfgF9E0Y7co8o6vaG5KWWCxtgXqn9nyYbTLwEA3bboUKyafF7fiTsljF-Op1qYa5h0iwTr3dGEBwnEpdPG0E2O5W-qmPzZq0nXv8e-Jt2_ollbqBet5r2sXFI=s0-d-e1-ft

 

A vous tous qui partagez ce blog, je vous souhaite, à vous et aux vôtres, une très joyeuse fête de Noël, et dès à présent une très bonne année 2019.

Que tous vos voeux se réalisent. Pour ma part, en ce monde qui perd la boussole et qui nous inspire de plus en plus  d'inquiétudes pour l'avenir, surtout celui de nos enfants et nos petits enfants, je fais mien le message oecuménique délivré par Christian ALBECKER, Président de l'Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine, et Luc RAVEL, archevêque de STRASBOURG à l'occasion de Noël.

"Recherche la paix et poursuis là. La paix n'est jamais un acquis, elle est toujours à construire et à préserver. 

La foi chrétienne n’est pas un « confort spirituel » qui nous garantirait le bien-être : elle est don et pardon, pour que nous puissions en vivre et nous engager dans la cité, au service des femmes et des hommes de notre temps. L’avenir de l’Europe sera questionné encore en 2019 : quelle paix, quelle solidarité, quelle liberté voulons-nous ? Puisse le message de l’enfant démuni de Bethlehem nous inviter à nous engager activement au service de la justice et de la bienveillance pour tout être humain, notre prochain comme notre lointain."

Cordialement

Jean Paul OSTERMANN

 

Message ALBECKER/RAVEL ==> cliquez sur M en début de ligne

Posté par autrevoie 2014 à 15:45 - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 décembre 2018

ON NE SKIERA PLUS AU GASCHNEY

Aujourd'hui une page entière est consacrée dans les DNA aux stations de ski de la Vallée en difficultés, victimes des aléas climatiques.

La raréfaction de la neige, surtout pour les gens de ma génération, ne devrait pourtant pas être une surprise. Dans les années 1960, il arrivait, fréquemment que les rues de MUNSTER étaient recouvertes de 50 cm de neige. Nous lugions alors au DUBACH et skiions sur la "SCHIEFF" qui abrite aujourd'hui le lotissement du Solberg. Le ski scolaire était en pleine vogue, principalement au Schnepfenried avec nos moniteurs : André SCHUBNEL, Willy DELFAURO ou encore Pierre BOSSERT. Quelquefois, il arrivait que nos moniteurs nous faisaient descendre du SCHNEPF jusqu'à SONDERNACH à skis, en fin d'après midi, pour rentrer à la maison. L'enneigment le permettait alors !

Depuis cette époque, l'enneigement du massif n'a cessé de diminuer, d'année en année, avec il est vrai quelques interruptions ponctuelles dans le processus de détérioration.

Alors pourquoi avoir investi, si je m'en réfère à l'article du journal 900 000 € au GASCHNEY ces dix dernières années  ? Et pourquoi continuer à investir au Tanet, ou récemment ont été réalisés d'importants travaux de terrassement, ainsi que le remplacement du pylône d'arrivée du téléski, à renfort d'hélicoptère ?

Faut-il également rappeler, que Monsieur REMY, exploitant du domaine skiable LA BRESSE/CHITELET/HOHNECK avait en son temps proposé aux élus de la Vallée de relier la Vallée de MUNSTER aux pistes de ski de LA BRESSE, par l'intermédiaire d'un téléphérique au départ de MITTLACH. En dehors de l'accord des élus qu'il sollicitait alors, il ne réclamait semble t-il aucun financement pour réaliser cet investissement qui aurait permis de proposer aux habitants de la Vallée, et au delà de COLMAR et environs, un accès facile à un très beau domaine skiable, équipé en canons à neige.

Sans trop m'avancer REMY LOISIRS aurait certainement prévu d'installer des capacités d'hébergement à MITTLACH, ce qui aurait été tout bénéfice pour le développement économique de la Vallée, qui rappelons le quand même, a besoin de l'industrie touristique pour vivre, suite au déclin de l'industrie textile traditionnelle. Mais voilà, les élus de la Vallée avaient décliné l'offre !

Ainsi l'argent du contribuable continue a être dépensé en pure perte, en l'absence d'une vision globale et d'un schéma d'aménagement touristique élaboré par les élus et l'ensemble des forces vives de la Vallée. Oui, mais, obtenir un consensus entre les élus de la Vallée n'est pas une mince affaire. Vous savez, l'esprit de clocher ! Le monde bouge à vitesse grand V, mais nous, nous continuons à ronronner ! 

La démolition du Centre de cure, la maison du Fromage, la fermeture  unilatérale du terrain de moto cross d'Eschbach, etc.... sont autant d'illustrations d'une forme d'incohérence dans les orientations de développement économique et touristique de la Vallée, prises par nos élus locaux. Il y en a d'autres !

C'est bien dommage, pour l'ensemble de la population. Quand aux investisseurs privés courageux qui ont tenté, sur leurs deniers personnels, de faire revivre le GASCHNEY et le TANET, dont nous sommes évidemment tous nostalgiques, il ne leur reste que les yeux pour pleurer. Le pari était certes osé,vu le problème récurrent de l'enneigement insuffisant, et en l'absence  d'un consensus global de développement de la Vallée. Merci à eux d'avoir essayé.

Ils ont certes obtenu un soutien financier de la part de la collectivité publique qui leur a délégué le service public de l'exploitation des remontées mécaniques. Mais selon que l'on soit privé, ou public, le risque financier personnel ne pèse pas le même poids.

Jean Paul OSTERMANN

 ______________________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

Posté par autrevoie 2014 à 12:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2018

L'APPRENTISSAGE

Bonjour à tous,

 

Dans le dernier numéro de "S'STIHLE BLÄTLA"(lien au bas de l'article),  le journal de l'entreprise STIHLE de Wihr au Val du mois de décembre, l'apprentissage est mis à l'honneur, non seulement dans le discours, mais surtout sur le terrain au quotidien. 10% de l'effectif de cette PME de 450 collaborateurs sont constitués d'apprentis, soit 45 apprentis.

 Quel pari, quel chemin parcouru par cette entreprise créée il y a 50 ans par Fernand STIHLE et son frère. Parti à deux, ils sont aujourd'hui 450, avec une culture d'entreprise au diapason, qui place le capital humain au centre de tous les enjeux.

Le secret de l'entreprise : le travail bien fait, la formation du personnel, le sérieux, le respect du client, l'ordre et la méthode. N'en déplaise à tous ceux, qui s'inspirant du développement des loisirs et de la libération des moeurs de mai 1968 placent ces valeurs au second rang, parfois bien plus loin, et revendiquent d'abord une civilisation de la consommation et des loisirs. Les deux sont d'ailleurs parfaitement conciliables. Le travail n'empêche pas les loisirs et la consommation. Bien au contraire. Mais sans travail, pas de production de richesses, et par conséquent impossible de consommer et de payer ses loisirs et distribuer des aides aux plus défavorisés !

L'entreprise STIHLE donne sa chance à cette jeunesse qui s'interroge sur l'avenir bouché que propose aujourd'hui notre société. L'apprentissage d'un métier est une voie royale pour celle et celui qui veut bien l'emprunter. Comme en témoigne le "S'STIHLE BLÄTLA", l'apprentissage peut conduire à des qualifications bien au delà du CAP ou du brevet de compagnon, en menant les plus hardis et téméraires, les plus volontaires et les plus motivés, aux fonctions de technicien, d'ingénieur, et pourquoi pas de chef d'entreprise. C'est ce système qui prévaut chez nos voisins allemands et il a fait ses preuves.La balance commerciale, qui agrège les flux d'importation et d'exportation de marchandises et de biens  de l'Allemagne est excédentaire et celle de la France très déficitaire  ! Bien sûr cette situation n'est pas imputable seulement au système d'apprentissage différent d'un pays à l'autre, mais cela y participe à travers des coûts de production des marchandises et des biens moins élevés, et des produits de qualité !

Mais comme dirait sand doute Fernand STIHLE, que je connais un tout petit peu et pour lequel j'ai beaucoup d'estime et d'admiration pour son parcours professionnel exemplaire, pour cela il faut accepter de se lever tôt le matin, et travailler, encore travailler ! Il n'y a là rien de nouveau sous le soleil !

Pour conclure, bravo à Eddy KELLER, enfant de STOSSWIHR, Directeur d'ALSACE HOME SERVICES au sein du groupe STIHLE Frères, l'un de mes colisiters aux dernières élections municipales. Il apporte de façon imparable la confirmation des valeurs de l'apprentissage au sein d'une entreprise dévouée à ses clients et consciente de la plus value apportée par l'ensemble de ses collaborateurs !

 

 

Jean Paul OSTERMANN

 

https://www.stihle-freres.fr/Home/Groupe_Stihle_NewsLetter

Posté par autrevoie 2014 à 15:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 novembre 2018

Les Gilets jaunes

 Je suis un électeur de Emmanuel MACRON. J'avais prévu son élection bien avant le 7 mai 2017. Beaucoup me disaient alors que cette éventualité était tout simplement utopique et impossible ! Je suis aujourd'hui devenu également un gilet jaune, ou du moins un supporter de ce peuple qui n'en peut plus et que l'exaspération et les fins de mois difficiles poussent dans la rue. Comment expliquer une position aussi antinomique ?

Emmanuel MACRON est un enfant de la haute bourgeoisie, de surcroît énarque, ce qui n'est plus nécessairement une qualité pour prétendre aux plus hautes fonctions de l'Etat. Le passé avec tous ses Présidents issus de l'énarchie nous l'a démontré  ! Aujourd'hui la donne a changé, Emmanuel MACRON l'a très bien compris en s'affanchissant des partis politiques traditionnels pour créer "EN MARCHE" et surfer sur cette vague de dégagisme, déclenchée par les détenteurs du pouvoir eux mêmes, incapables depuis le Général DE GAULLE et Georges POMPIDOU de gérer les affaires du pays, de trouver les bonnes trajectoires,  incapables de convaincre le peuple que leur engagement était totalement et exclusivement au service de l'intérêt général et du bien commun !

RESULTAT DES COURSES : Après 40 ans d'hésitations, de non réformes ou de réformes difficiles reportées constamment pour préserver les chances de réélection, un pays endetté jusqu'au cou où  la dette astronomique de 2 300 Milliards d'€ supprime de facto toute marge de manoeuvre, un pays désindustrialisé, un chômage de masse, une ruralité sacrifiée au bénéfice des métropoles, l'avènement des 35 heures et de la société des loisirs, la mondialisation et la globalisation néfaste de l'économie, les inquiétants problèmes environnementaux, etc, etc.....

Pour être complet, l'honnêteté commande de relever malgré tout dans ce tableau sombre, un niveau de protection sociale élevé dans le pays et un système de santé parmi les meilleurs dans le monde. Mais dans la conjoncture économique actuelle, ces acquis ne sont pas forcément pérennes ! Parce que pour pérenniser ce dispositif, il faut pouvoir produire les richesses nécessaires, et ce, dans un environnement économique mondial hostile où le paramètre écologique ne saurait plus être occulté !

 Secondairement, le décalage du train de vie de nos dirigeants politiques avec celui du peuple, les palais dorés de la République, la déchéance des syndicats, n'ont pas contribué non plus à assainir un temps soit peu la situation.

Lorsque nos dirigeants politiques s'inspireront des pays nordiques et prendront leur repas au self, au lieu de se  restaurer à moindre frais, pour nos députés et sénateurs, dans les restaurants luxueux de l'Assemblé Nationale ou du Sénat, lorsque les ministères réduiront leurs frais de bouche et autres dépenses somptuaires, lorsque le Président renoncera à quelques attributs du pouvoir qui ne sont plus de circonstance, lorsque nos députés accepteront enfin de se faire rembourser leur frais sur présentation de justificatifs, au lieu de s'aggriper au privilège exorbitant d'un remboursement forfaitaire de 5 400 € par mois, alors le peuple entamera sa mue et redonnera progressivement sa confiance à nos "élites" politiques. Évidemment mes contradicteurs m'expliqueront une nième fois que ces dépenses sont infimes par rapport au budget annuel colossal de l'Etat de 330 Milliards d'€. Pourtant, dans une France exsangue, où une grande partie de la population peine à boucler ses fins de mois, cet argument n'est pas recevable !

Bref, parce qu'il n'est pas possible d'imputer à Emmanuel MACRON ce bilan très négatif, je lui conserve intacte ma confiance  pour tenir solidement la barre avec son gouvernement,  et mener à terme les réformes oh combien nécessaires qu'il avait annoncées durant la campagne électorale. Il est juste à cet égard de relever qu'il a conduit jusqu'à présent les réformes qu'il avait annoncées avec opiniatreté, en collant au plus près à ses engagements électoraux. Il est juste aussi de relever son combat pour l'Europe, une autre grande cause avec la défense de l'environnement.

Maintenant s'agissant des taxes sur les carburants, la stratégie employée semble pour le moins contre productive et d'une certaine manière injuste. C'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, après la réforme incomprise et pas assez expliquée de l'ISF (impôt sur la fortune). Pour cette dernière, le peu de gens que je connaisse qui sont assujettis à l'ISF m'ont déclaré ne pas avoir réinvesti un seul centime d,€ du cadeau fiscal dans l'économie du pays ! Ce serait alors là un échec, et si tel était, le cas ces 4 Milliards de recettes annuelles perdues auraient permis de compenser aisément les mesures d'accompagnement de la transition écologique des foyers défavorisés !

Encore une fois, on ne peut pas laisser les technocrates de BERCY (ministère des finances), rémunérés par ailleurs très, très confortablement et très, très déconnectés du peuple, utiliser leurs calculettes n'importe comment pour équilibrer le budget de la France. Certainement pas en prétextant la transition écologique où seuls 15 à 20% des taxes collectées sont affectées à cette dernière. C'est se foutre ouvertement de la "gueule" des citoyens, notamment ceux qui peinent à boucler les fins de mois et ceux qui, victimes du déclassement des zones rurales à travers la politique technocratique visant à promouvoir le TGV et les métropoles, obligent les gens à prendre leur voiture pour se rendre au  travail, faire leurs courses, ou encore conduire leurs enfants à l'école. Ecole souvent éloignée du domicile du fait du déclassement des zones rurales, qui a entraîné la fermeture de nombreux services publics !

En sus comment faire gober au peuple cette plaisanterie qui consiste à taxer à outrance les carburants des automobilistes, quant les énormes flottes d'avions, les cargos et les  bateaux de croisière, tous méga pollueurs, sont exonérés !

Même si ces dispositifs d'exonération, ni l'abandon des zones rurales, ne sont pas imputables à Emmanuel MACRON, et à son gouvernement, il ne peut pas ne pas en tenir compte dans la mise en oeuvre de la politique de transition énérgétique. La révolte du peuple était pourtant prévisible.

En conclusion, depuis l'élection présidentielle se sont écoulés 18 mois et bien du chemin a été accompli, notamment les réformes difficiles du code du travail et de la SNCF. Des erreurs ont été commises, et l'attitude hautaine d'Emmanuel MACRON n'a rien arrangé. Cette révolte des gilets jaunes peut être salutaire pour le pouvoir et le pays, dans la mesure où elle envoie un message qui ne souffre d'aucune équivoque. Il émane du peuple, en écartant les partis politiques et les organisations syndicales, totalement déclassés.

40 ans d'hésitation, de tergiversations, de mauvais compromis, de réformes sans cesse reportées ne se gomment pas en 18 mois. Laissons du temps à Emmanuel MACRON et à son gouvernement pour démontrer la justesse de leur stratégie, et pour démontrer que non, ils ne sont pas téléguidés par la haute finance !

Avec le mouvement salutaire des gilets jaune, un virage peu être amorcé, sans renoncer pour autant à la transition écologique qui concerne la survie de la planète et en finalité notre survie, celle de nos enfants et petits enfants. Cela suppose pourtant Monsieur le Président, d'expliquer au peuple, de faire beaucoup de pédagogie,  de revenir avec vos armées de technocrates, au bon sens paysan, tel qu'on a coutume de l'appeler dans la Vallée de MUNSTER.

Monsieur le Président, votre élection a nourri beaucoup d'espoir sur la rupture avec l'ancien monde. Les signaux délivrés ne sont pourtant aujourd'hui pas suffisants, pas à la hauteur des espoirs, pour rassurer définitivement vos électeurs et convaincre le peuple. Il ne s'agit pas seulement de  rassurer, mais bien de concrétiser, si possible en douceur, cette mutation obligatoire que vous avez annoncée, dans le strict respect de la diversité de la population,  afin que le pays retrouve une trajectoire qui garantisse à chacune et à chacun de pouvoir vivre décemment de son travail et de vivre en paix et en harmonie avec la planète.

 Jean Paul OSTERMANN

 

 

Posté par autrevoie 2014 à 10:54 - Commentaires [6] - Permalien [#]

26 novembre 2018

CONCERT DE l'HARMONIE DE LA PETITE VALLEE DE STOSSWIHR

Ce week-end, l'Harmonie de la Petite Vallée de STOSSWIHR a donné son grand concert de gala à la Salle des Fêtes du village.

Au programme, entre autres "SKILINER" de Otto Schwarz, "BOHEMIAN RHAPSODY" arrangé par Norbert Studnitzky, "Elf Freunde" arrangé" par Heinz Briegel, ou encore Johnny HALLYDAY, arrangé par André Waignein.

En avant première du concert les touts petits (1ère année) et les plus grands ont présenté CONTRY ROCK, MUNDAY BLUES ou encore HAVANA.

Comme chaque année, ce fut grandiose, à double titre. D'abord par la qualité de la musique délivrée par cette formation dirigée par Jean Luc et Philippe SPENLE, mais aussi par la sympathie et l'empathie que dégage ce groupe. Il respire la joie de vivre, le bonheur d'être ensemble pour produire ces moments magiques, en totale communion avec un public ravi.

Quel contraste avec la morosité ambiante dans le pays. Quelle antidote.  Quelle générosité dans l'effort quasi quotidien pour obtenir ce résultat, où le travail, l'amitié, la complicité, le don de soi sont les dénominateurs communs. Christian CIOFI,  Maire de SOULTZEREN et Denise BUHL, Maire de METZERAL et conseillère régionale, qui ont fait l'honneur à l'HPV d'honorer de leur présence ce concert pourront en témoigner et promouvoir ces valeurs auprès de toute la classe politique....!

Oui, le travail accompli auprès de notre jeunesse par Jean Luc, Philippe, Frédéric, Esther, l'ensemble des membres du comité, les professeurs,   méritait le soutien de tous pour aider ce groupe à persévérer dans cette dynamique, qui fait le bonheur des jeunes et des anciens. Au delà, quelle belle école de formation de nos jeunes à la musique certes, mais aussi quelle belle école de vie. Quand on a la chance de disposer d'une telle formation musicale qui ne se contente pas de promouvoir la musique, mais attache autant d'importance à la promotion des valeurs dans notre société, nous avons tous l'obligation de les soutenir, sans conditions. Cette remarque peut aisément être étendue aux autres associations du village qui oeuvrent elles aussi dans la même direction.

Ainsi ont été décorés par Christian CIOFI, Maire de SOULTZEREN, en l'absence du Maire de STOSSWIHR ou de l'un de ses représentants !!!

- Romuald SCHIRA (trompette et batterie) pour 30 ans d'activité musicale

- Sylvain LENOER (percussion et batterie) pour 25 ans d'activité musicale

- Sylvie SCHERMESSER (saxophone) pour 20 ans d'activité musicale

- Christelle BESSEY (clarinette) pour 20 ans d'activité musicale.

 

Samedi soir après le concert, l'orchestre "Les FRANKATHÄLER", une émanation de l'Harmonie Petite Vallée, entraîna le public dans une série de danses, aux sons de leurs instruments.

 

Dimanche soir, en fin de concert, fut mis en évidence l'amitié qui lie désormais l'Harmonie de la Petite Vallée à l'Harmonie de LINGOLSHEIM "LINGORCHESTRA" depuis l'émigration récente de Lionel et Delphine de STOSSWIHR a LINGOLSHEIM, pour raisons professionnelles.

Là aussi la musique fut mise à l'honneur avec quelques morceaux interprétés en commun par les deux formations, dirigées alternativement par les deux chefs. Et là aussi transparaissait l'amour de la musique, le plaisir simple d'être ensemble et de travailler ensemble.

 

Merci à l'HPV et sa Présidente, Esther SCHWEITZER pour ces moments inoubliables. Pour l'ensemble du travail accompli, Esther reçu un magnifique bouquet de la part de ses musiciens, qui contribua à l'émouvoir jusqu'aux larmes !

 

Rendez vous dès à présent au concert 2019, mais avant :

- la fête de Noël le vendredi 14 décembre prochain, à 19h30, à la salle paroissiale

- Les jeunes talents", le mardi 5 février 2019 à la Salle des Fêtes de MUNSTER.

et sans doute l'un ou l'autre concert à l'église ou au temple.

 

Jean Paul OSTERMANN

 

 

Posté par autrevoie 2014 à 16:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 novembre 2018

100° anniversaire de l’armistice de la première guerre mondiale

Une fois n'est pas coutume, les habitants de STOSSWIHR, se sont déplacés nombreux au monument aux morts pour célébrer le centième anniversaire de l'armisitice du 11 novembre 1918, au pied du REICHSACKERKOPF, lieu de terribles combats en 1915, qui ont vu le sacrifice de milliers de chasseurs alpins.

Cerise sur le gâteau, la présence de nombreux jeunes parmi le public, reconnaissant envers les poilus qui ont combattu afin que soient préservées la liberté et la démocratie qui nous sont si chères. Les très jeunes des écoles de STOSSWIHR étaient également de la partie, comme à chaque commémoration, sous la houlette de leurs dévoués professeurs. Ainsi cette modeste célébration dans une petite Commune de France témoigne, s'il en est besoin, que la flamme n'est pas totalement éteinte, à une époque ou les nationalismes et les populismes ressurgissent, en nous rappelant les affres du passé......et en attisant nos peurs pour l'avenir.

Hélas le sacrifice de nos chers "poilus" n'a pas servi de leçon, puisque 21 ans après, en 1939 fut déclarée la deuxième guerre mondiale. Georges CLEMENCEAU, le père de la victoire en 1918 avait bien pressenti la suite des évènements en déclarant alors : " le plus difficile n'est pas de gagner la guerre, mais de gagner la paix". 

L'histoire nous rappelle aussi que les peuples ont toujours payé la légèreté, l'irresponsabilité, l'incurie,  souvent l'incompétence et l'inconséquence de la classe politique, incapable de construire une société qui préserve la paix. Les carences de l'Europe aujourd'hui en témoignent et ne sont pas là pour nous rassurer !

Dommage dans ces célébrations que le drame de l'Alsace Lorraine n'ait pas été rappelé. Ainsi en ce centenaire de l'armistice de la première guerre mondiale, Madame Geneviève Darrieussecq, Secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants aurait pu rappeler, à travers son message lu durant les cérémonies commémoratives, que les alsaciens lorrains ont combattu sous l'uniforme allemand, suite à la défaite militaire de 1870 contre la Prusse, et l'annexion de l'Alsace Lorraine par le Reich.

 Madame  la secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées a choisi d'occulter les vicissitudes de l'histoire et la responsabilité de nos "va t-en guerre" dans cet épisode douloureux pour les alsaciens-lorrains, malgré la demande de quelques parlementaires alsaciens. Dommage, cela est notre histoire tragique. Il était important de le souligner.

Idem pour la 2° guerre mondiale et le drame des incorporés de force, encore une fois victime de l'incapacité de la France et de ses alliés de stopper le bellicisme de l'Allemagne en 1940, qui pourtant avait été vaincue et était exsangue en 1918.

Pourtant l'Europe est en paix depuis plus de 70 ans, comme l'a rappelé le Président Emmanuel MACRON, dans ses différentes interventions à l'occasion des commémorations du centième anniversaire de l'armistice du 11 novembre 1918. Et cela grâce à l'EUROPE, voulue par le Général DE GAULLE et le chancelier Konrad ADENAUER, au lendemain de la 2° guerre mondiale.

Malgré ses très nombreuses imperfections dans les domaines socio-économiques, de l'immigration, de la défense, malgré la trop grande désinvolture affichée par les parlementaires européens, elle a su contribuer à préserver la paix entre les peuples européens. Ne l'oublions pas et faisons preuve de lucidité lors des très prochaines élections européennes. L'enjeu est la pérennisation de la paix pour l'avenir.

Jean Paul OSTERMANN

 

 

 

 

 

Posté par autrevoie 2014 à 19:08 - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 mars 2018

Arnaud BELTRAME, lieutenant colonel de gendarmerie

Arnaud BELTRAME, c'est ce lieutenant colonel de gendarmerie, qui à TREBES près de CARCASSONNE, il y a quelques jours, n'a pas hésité une seconde à risquer sa vie pour tenter de neutraliser un terroriste et  sauver la vie d'otages. Il a risqué sa vie en ne faisant aucun calcul, guidé par son sens de l'honneur et du devoir. Il l'a malheureusement perdue. C'est une perte énorme, bien sûr d'abord pour ses proches, mais aussi pour la société toute entière qui perd un de ces grands hommes dont elle a pourtant de plus en plus besoin.

C'est tragique. Et paradoxalement, combien cet évènement nous rassure t-il et est porteur de beaucoup d'espoir.  Combien il est réconfortant de savoir que de tels hommes existent, travailleurs de l'ombre, ne recherchant pas les lumières,  animés de leurs seules convictions au service de leurs compatriotes, de la démocratie et de la république. Quel exemple de dévouement, d'engagement, d'altruisme de la part de cet homme de 44 ans qui n'a jamais oublié pourquoi il s'est engagé dans la gendarmerie, en acceptant d'emblée tous les risques que cela comportait. 

Oui, il y a des terroristes qui sont prêts à mourir pour leur idéologie, nous l'avons malheureusement appris à nos dépens. Oui notre société possède heureusement, à travers des personnes de l'envergure,  la stature d'Arnaud BELTRAME, des femmes et des hommes bons, aux convictions inébranlables, qui sont prêts, dans le cadre de ce qu'ils considèrent être leur honneur, leur devoir et leur responsabilité, à assumer et à relever ce terrible défi, au risque de leur vie.

Pour celà, merci au lieutenant colonel Arnaud BELTRAME, et à travers lui à l'ensemble des forces de l'ordre, pour ce message qu'il nous a envoyé  et qui ne souffre d'aucune équivoque. Quel exemple pour tous ses camarades gendarmes et policiers chargés au quotidien d'assurer notre sécurité dans ce monde qui marche sur la tête. Quel exemple pour nous tous.

Merci encore une fois, et reposez en paix mon cher lieutenant colonel.

Puissions nous tous nous en inspirer pour construire ensemble ce monde meilleur.

Mes sincères condoléances à la famille de Arnaud BELTRAME, et à celles des autres victimes de cet attentat.

Meilleurs voeux de rétablissement aux blessés.

 

Jean Paul OSTERMANN

 

 

Posté par autrevoie 2014 à 18:05 - Commentaires [8] - Permalien [#]

24 décembre 2017

VOEUX

Au seuil de cette nouvelle année, je souhaite à tous les fidèles lecteurs de ce blog, ainsi qu'à tous ceux qui leurs sont chers, un joyeux Noël et une bonne et heureuse année 2018.

Jean Paul OSTERMANN

 

"Les voeux de Jacques BREL, 1er janvier 1968. 

Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir et l'envie furieuse d’en réaliser quelques-uns. Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer et d’oublier ce qu'il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences, je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l'indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l'aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d'être vous, fier de l'être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable »

 

50 ans après, ils n'ont pas pris une ride !

Posté par autrevoie 2014 à 09:38 - Commentaires [3] - Permalien [#]

05 novembre 2017

Commémoration du 11 novembre 1918

Aux colistiers de AUTRE VOIE 2017 et leurs soutiens
Bonjour à tous,
La commémoration de l'armistice de 1918 aura lieu à 10h00 samedi prochain 11 novembre, au monument aux morts à STOSSWIHR. A cette occasion, je vous invite tous, en fonction de vos possibilités, à vous rendre à cette manifestation, pour nous souvenir ensemble de tous ceux qui ont combattu pour notre liberté et la démocratie, dont nous bénéficions aujourd'hui, à quelques exceptions près....
Se souvenir aussi que l'ALSACE LORRAINE était alors allemande lors de ce conflit, et que nos pauvres aïeux qui y ont laissé leur peau, et dont les noms figurent sur les monuments aux morts, ont été contraints de revêtir l'uniforme allemand, suite à la défaite de 1870 et l'annexion de l'ALSACE LORRAINE. Nos brillants politiciens et généraux de l'époque, incapables de garder l'ALSACE LORRAINE à la FRANCE en 1870, ne sont pas exempts de reproches pour cela. La situation n'a d'ailleurs guère été meilleure en 1914/1918 et 1939/1945, qui vit les incorporés de force alsaciens, lorrains et mosellans, où l'impréparation de notre armée a failli conduire à un nouveau désastre, sans l'intervention de nos alliés.
Pour vous qui m'avez accompagné, lors des dernières élections municipales, jusque dans la démission, suite au déni de démocratie du Maire perpétré à notre encontre, ce rendez vous est important à double titre :
- d'abord pour nous souvenir, et commémorer ensemble la mémoire des défenseurs de la liberté et de la démocratie, dont nous sommes les bénéficiaires aujourd'hui.
- ensuite, pour montrer que nous sommes toujours présents, et souligner,  et conforter la cohérence de notre démarche en continuant à témoigner de notre amour indéfectible de la liberté et de la démocratie.
Merci d'avance
JPO

Posté par autrevoie 2014 à 17:20 - Commentaires [17] - Permalien [#]