Bonjour à tous,

 

Dans le dernier numéro de "S'STIHLE BLÄTLA"(lien au bas de l'article),  le journal de l'entreprise STIHLE de Wihr au Val du mois de décembre, l'apprentissage est mis à l'honneur, non seulement dans le discours, mais surtout sur le terrain au quotidien. 10% de l'effectif de cette PME de 450 collaborateurs sont constitués d'apprentis, soit 45 apprentis.

 Quel pari, quel chemin parcouru par cette entreprise créée il y a 50 ans par Fernand STIHLE et son frère. Parti à deux, ils sont aujourd'hui 450, avec une culture d'entreprise au diapason, qui place le capital humain au centre de tous les enjeux.

Le secret de l'entreprise : le travail bien fait, la formation du personnel, le sérieux, le respect du client, l'ordre et la méthode. N'en déplaise à tous ceux, qui s'inspirant du développement des loisirs et de la libération des moeurs de mai 1968 placent ces valeurs au second rang, parfois bien plus loin, et revendiquent d'abord une civilisation de la consommation et des loisirs. Les deux sont d'ailleurs parfaitement conciliables. Le travail n'empêche pas les loisirs et la consommation. Bien au contraire. Mais sans travail, pas de production de richesses, et par conséquent impossible de consommer et de payer ses loisirs et distribuer des aides aux plus défavorisés !

L'entreprise STIHLE donne sa chance à cette jeunesse qui s'interroge sur l'avenir bouché que propose aujourd'hui notre société. L'apprentissage d'un métier est une voie royale pour celle et celui qui veut bien l'emprunter. Comme en témoigne le "S'STIHLE BLÄTLA", l'apprentissage peut conduire à des qualifications bien au delà du CAP ou du brevet de compagnon, en menant les plus hardis et téméraires, les plus volontaires et les plus motivés, aux fonctions de technicien, d'ingénieur, et pourquoi pas de chef d'entreprise. C'est ce système qui prévaut chez nos voisins allemands et il a fait ses preuves.La balance commerciale, qui agrège les flux d'importation et d'exportation de marchandises et de biens  de l'Allemagne est excédentaire et celle de la France très déficitaire  ! Bien sûr cette situation n'est pas imputable seulement au système d'apprentissage différent d'un pays à l'autre, mais cela y participe à travers des coûts de production des marchandises et des biens moins élevés, et des produits de qualité !

Mais comme dirait sand doute Fernand STIHLE, que je connais un tout petit peu et pour lequel j'ai beaucoup d'estime et d'admiration pour son parcours professionnel exemplaire, pour cela il faut accepter de se lever tôt le matin, et travailler, encore travailler ! Il n'y a là rien de nouveau sous le soleil !

Pour conclure, bravo à Eddy KELLER, enfant de STOSSWIHR, Directeur d'ALSACE HOME SERVICES au sein du groupe STIHLE Frères, l'un de mes colisiters aux dernières élections municipales. Il apporte de façon imparable la confirmation des valeurs de l'apprentissage au sein d'une entreprise dévouée à ses clients et consciente de la plus value apportée par l'ensemble de ses collaborateurs !

 

 

Jean Paul OSTERMANN

 

https://www.stihle-freres.fr/Home/Groupe_Stihle_NewsLetter